Player

mercredi 29 juin 2016

This is the end, my friend

Après 5 ans de débroussaillage et de croisements de semences, nous arrivons à la fin de notre cycle. Le vent a soufflé, la pluie est tombée, mais la récolte a toujours été bonne.
Merci de nous avoir suivi, de nous avoir prouvé que ce son qui nous plait tant pouvait plaire à d’autre. Vous nous avez donnés envie de nous investir.
Aujourd'hui les promoteurs rasent nos cultures. Notre hébergeur Radionomy a été racheté par un sinistre et célèbre breton qui ne fait pas que dans les artichauts. Le champs de Musiculteur sera bientôt en jachère.
Ce fut un plaisir d’être invités chez vous et nous espérons que vous garderez un bon souvenir de notre présence.
Musicalement votre !

Nous n'avons pas dit notre dernier mot, restez à l'écoute !




jeudi 12 février 2015

Trick(y) or treat



A l’époque du concert de Tricky au Trianon, nous revenons un peu dans le temps en décembre 2013, nous ne voulions pas faire de chronique. Peu ou pas assez de matière, comme une vague farce ou fumisterie. Mais l’annonce de son concert au Bataclan, le 20 Février prochain, nous a relancé sur la polémique. Alors, on en parle ou pas de ce concert ? Comment l’aborder ?
En fait, un peu comme une étude sociologique, où comment en 9 mois de temps les habitudes changent.
Jadis, oula mes aïeux, point de concert avant 21H, les premières parties se faisant attendre et les têtes d’affiches encore plus. Cela nous permettait d’enquiller deux ou trois verres festifs après le boulot ou, pour les plus raisonnables d’entre nous, de se restaurer avant de goûter à l’ivresse musicale.

http://www.sourdoreille.net/
Force est de constater que nos rituels ont bien changé, biberon/câlins/dodo et il se pourrait que le bon temps des venues tardives soit également révolu.
Revenons donc au Trianon, et à notre arrivée à 21H dans une salle obscure, au silence quasi religieux. Une musique planante, trip hop. On ne distingue ni la voix, ni les silhouettes. Je m’exclame : « intéressante cette première partie, on dirait un bon vieux Tricky ! » Deux chansons plus tard, le public est invité à monter sur scène. Clap de fin, les lumières se rallument, sans rappel.

Tricky, où le concert le plus court de notre vie. Il se fait peut être aussi vieux que nous, une soupe et au lit !

mardi 29 octobre 2013

Les petits poissons dans l’eau



Vous vous demandez peut être ce que sont devenus les Musiculteurs en goguette ? 
Retranchés dans leurs pénates, n’osant plus sortir dans ces bonnes vielles salles de concert parisiennes. Quoi, plus de live report ???! Pfff... 
Oui, mais voilà le nid s’est agrandi. 
A moins de faire des goûters-concerts (tu te souviens de la Maroquinerie à 10h du mat’,
¼ remplie de scolaires ?), nous laissons pour le moment le terrain concert en jachère. We’ll be back.
Pour autant, nous n’avons pas tiré le rideau dit notre dernier son, nous vendangeons toujours avec passion, deuxième année soufflée ! 
Merci à vous de nous écouter, et n’hésitez pas à faire partager.

jeudi 13 juin 2013

Les Ternes à Islamabad

Maroquinerie, Octobre 2010 : dernier concert de Babx pour la tournée Cristal ballroom et un des premiers de Monsieur et Madame réunis. Des frissons, des émotions qui traversent de toute part. Le verbe claque, successions de chansons que l’on aurait adoré écrire. Monsieur est troublé par le deuxième album, tandis que Madame ne lâche plus le premier.

Homme de l’ombre, chef d’orchestre sur les albums de L et Camélia Jordana, nous guettions ses apparitions sonores. Absence trop longue à notre goût... Mars 2013 sonne enfin le retour. Un concert à la Gaité, un EP deux titres sorti peu de temps avant, comme pour caler une dent creuse. Creux ? Sentiment qu’ « Helsinki » est un peu plat, mais nous misons sur les morceaux à venir. Encore une fois, sempiternelle question, prenons nous les places de concert avant d’avoir écouté le nouvel opus ? Les déconvenues de ces derniers temps nous auraient-elles poussé à la sagesse ?


La raison nous aurait elle donné... raison ? Onze titres qui laissent sur une note inachevée. Nourris par les précédents, nous gagions pour celui-ci d’une même efficacité. Impressions bizarres sur « Despote paranoïa » d’une rythmique identique à celle de « Mourir au Japon » ou sur la Suzanne de Drones personnels, mitigés entre le plagiat et l’hommage à Leonard Cohen... Toutefois, reconnaissons lui une certaine diversité musicale. Album de la maturité, comme le disent les critiques musicaux ? Certainement pas ! Pourquoi faut-il, lorsque ces derniers ont ignoré l’existence ou l’importance des albums antérieurs, qu’ils se pâment devant l’Album de l’année ?

Pourtant, forte de ces remarques négatives, je me trouve face à mes contradictions : me voilà au showcase de Babx, donné fin Mars à la Fnac des Ternes.
Ah, les showcase de la Fnac... Nostalgique de l’époque « étudiant fauché qui veut se divertir à moindre frais », je me dirige au dernier étage vers l’espace rencontres, continuité du rayon jeunesse.  
A cette heure, peu de monde. Ceux, déjà assis, sont peut être des fans... ou des badauds.
Je remarque qu’une femme, assise au premier rang, ne lâchera pas son livre de toute la prestation.
Devant nous, un Babx tout sourire, élancé, à l’aise. Il explique sa venue, pour soutenir les disquaires. Il alterne les albums, quelques anecdotes ponctuent les titres, Camélia Jordana en duo sur deux morceaux. Mon opinion n’a pas changé, inconditionnelle du temps passé, mais un joli moment partagé.