Player

mardi 29 octobre 2013

Les petits poissons dans l’eau



Vous vous demandez peut être ce que sont devenus les Musiculteurs en goguette ? 
Retranchés dans leurs pénates, n’osant plus sortir dans ces bonnes vielles salles de concert parisiennes. Quoi, plus de live report ???! Pfff... 
Oui, mais voilà le nid s’est agrandi. 
A moins de faire des goûters-concerts (tu te souviens de la Maroquinerie à 10h du mat’,
¼ remplie de scolaires ?), nous laissons pour le moment le terrain concert en jachère. We’ll be back.
Pour autant, nous n’avons pas tiré le rideau dit notre dernier son, nous vendangeons toujours avec passion, deuxième année soufflée ! 
Merci à vous de nous écouter, et n’hésitez pas à faire partager.

jeudi 13 juin 2013

Les Ternes à Islamabad

Maroquinerie, Octobre 2010 : dernier concert de Babx pour la tournée Cristal ballroom et un des premiers de Monsieur et Madame réunis. Des frissons, des émotions qui traversent de toute part. Le verbe claque, successions de chansons que l’on aurait adoré écrire. Monsieur est troublé par le deuxième album, tandis que Madame ne lâche plus le premier.

Homme de l’ombre, chef d’orchestre sur les albums de L et Camélia Jordana, nous guettions ses apparitions sonores. Absence trop longue à notre goût... Mars 2013 sonne enfin le retour. Un concert à la Gaité, un EP deux titres sorti peu de temps avant, comme pour caler une dent creuse. Creux ? Sentiment qu’ « Helsinki » est un peu plat, mais nous misons sur les morceaux à venir. Encore une fois, sempiternelle question, prenons nous les places de concert avant d’avoir écouté le nouvel opus ? Les déconvenues de ces derniers temps nous auraient-elles poussé à la sagesse ?


La raison nous aurait elle donné... raison ? Onze titres qui laissent sur une note inachevée. Nourris par les précédents, nous gagions pour celui-ci d’une même efficacité. Impressions bizarres sur « Despote paranoïa » d’une rythmique identique à celle de « Mourir au Japon » ou sur la Suzanne de Drones personnels, mitigés entre le plagiat et l’hommage à Leonard Cohen... Toutefois, reconnaissons lui une certaine diversité musicale. Album de la maturité, comme le disent les critiques musicaux ? Certainement pas ! Pourquoi faut-il, lorsque ces derniers ont ignoré l’existence ou l’importance des albums antérieurs, qu’ils se pâment devant l’Album de l’année ?

Pourtant, forte de ces remarques négatives, je me trouve face à mes contradictions : me voilà au showcase de Babx, donné fin Mars à la Fnac des Ternes.
Ah, les showcase de la Fnac... Nostalgique de l’époque « étudiant fauché qui veut se divertir à moindre frais », je me dirige au dernier étage vers l’espace rencontres, continuité du rayon jeunesse.  
A cette heure, peu de monde. Ceux, déjà assis, sont peut être des fans... ou des badauds.
Je remarque qu’une femme, assise au premier rang, ne lâchera pas son livre de toute la prestation.
Devant nous, un Babx tout sourire, élancé, à l’aise. Il explique sa venue, pour soutenir les disquaires. Il alterne les albums, quelques anecdotes ponctuent les titres, Camélia Jordana en duo sur deux morceaux. Mon opinion n’a pas changé, inconditionnelle du temps passé, mais un joli moment partagé.


mercredi 24 avril 2013

Pâques au balcon

Si nous participions à Motus ou à Pyramide, « Antidotes » reviendrait à  dire Foals ! Le son si particulier de l’album, nous a électrisés les pieds, le cerveau, les tympans.

Découverts avant que le phénomène n’en devienne un, nous avons été surpris à l’annonce du concert complet de la Maroquinerie, en décembre dernier. Forts de la déconvenue, nous nous sommes empressés de prendre nos places pour le concert de l’Olympia. Fendus de nos billets balcon  (Monsieur n’avait jamais testé, Madame ne  s’imaginait le concert autrement), nous avons attendu patiemment la sortie du nouvel opus. Et c’est à ce moment que les choses se gâtent…
Rares sont les albums exceptionnels et réussir à les enchaîner l’est encore plus. Mais réussir à massacrer un univers musical pour reprendre à son compte de « la new-wave popeuse mielleuse », il fallait oser ! On s’est questionné, devions-nous diffuser « Late night », seul titre rescapé de notre sélection ? Non ! Devions-nous revendre les places ..? C’est finalement l’article du Transistor sur leur concert privé au Point Éphémère qui nous a décidés.

L’Olympia est plein à craquer. On se dit que l’on a eu du nez de ne pas se retrouver dans la fosse !
Le groupe entre en scène sous un balayage de lasers, dignes de Jean Michel Jarre. La foule se met en transe, slam à tour de bras, encouragée et accompagnée par le chanteur.  Il faut leur reconnaître une belle énergie, tout le monde se donne. La tonalité pop de « Holy Fire » se matifie avec plus de relief, de riffs. On sent cependant que tout est rôdé, et qu’ils ne veulent surtout pas interpréter les anciens tubes. Nous sommes pourtant tous là pour ça ! Les minots de la fosse entonnent le « papalapapala » en note d’intro de « Two step, twice ». Chantée en guise de clôture, elle est bâclée, vite expédiée.
Cependant, une note spéciale pour la version de « Electric Bloom » réinstrumentalisée pour l’occasion.

Un sentiment de frustration ponctue cette heure et demie. Comme tout phénomène de masse, on se demande si tant de succès était justifié.

dimanche 21 avril 2013

Demon in the bottle ?



Qu’on se le dise, les concerts en deuxième partie de soirée à la Boule Noire sont souvent électriques éthyliques. Après un Willis Earl Beal complètement ivre, nous voici face à Troy Van Balthazar pour le moins éméché. Vingt bonnes minutes d’installations plus tard, Troy entame son set solo.

 
Il est troublant de constater que la ressemblance avec Willis ne se résume pas seulement aux ânonnements imprécis. La performance scénique y trouve également écho : un sound blaster porté en étendard, les samples et loops en guise d’accompagnement. Toutefois, si l’un sauve sa prestation en puisant dans sa force brute et son énergie, l’autre échoue lamentablement en écornant un album pourtant tout en délicatesse.
 
Certes c’est son anniversaire, certes il n’aurait voulu être nulle part ailleurs. Malgré cela, l’ensemble est hésitant, mal assuré, sa voix tremble et peine à se poser. 

Nous ne voyons finalement aucun intérêt au live dans ces conditions. Bon, c’était des invitations, ce n’était pas trop loin. Sans ces prérogatives, restez bien au chaud !